Thursday, November 08, 2018

Apaisée

Ce travail d'écriture avec Luc m'a permis d'appréhender un apaisement qui a fait fi de mon chemin au fil du temps, avec ces mots que je recevais, tandis qu'il veillait rigoureusement, en permanence, à la qualité de la connexion et chassait les intrus malveillants qui sans arrêt tentaient de perturber les messages que je recevais.

Cette expérience de confiance prend un tournant à présent que Luc est passé de l'autre côté.
Le dialogue est plus simple qu'avant, finalement. Pas besoin d'allumer Skype. C'est automatique.

Je me disais encore cette semaine que ma vie n'était, en fait, qu'une gigantesque partie de cache-cache sur la longue durée. Nous allons donc jouer. Et écrire. Nul doute en moi à ce sujet.

Wednesday, October 17, 2018

Peur ?

Faut-il avoir peur des journalistes ? J'ai parfois dit non. J'ai aussi dit oui à plusieurs reprises. Ceux-là m'avaient inspiré confiance. Le format proposé me plaisait. Il n'y aurait pas de commentaires autres que les miens, prononcés par moi, sur les images de notre quotidien. J'ai dit oui. J'allaitais deux petites filles de (ohlala!) deux ans pour l'une et 5 ans pour l'autre. Et on hurlait au scandale dans la présentation. J'avais auparavant allaité trois petits gars simultanément, dont deux jusqu'à 7 ans et un autre jusqu'à 5 ans et demi. Et trois autres enfants auparavant : un gars, une fille, un gars, de 3 à 4 ans et demi chacun, avec du co-allaitement à chaque fois en guise de transition. Je bois, tu bois, nous buvons gaiement… A part la présentation loufoque de la speakerine, je me suis vraiment sentie respectée au cours de cette expérience.




Ce soir, je reçois ceci :

Bonjour Ingrid,
En repartageant ton reportage tu m’as remémoré le fait que c’est toi qui m’a fait découvrir l’allaitement non écourté et le portage physiologique, bien avant que j’ai mes enfants, je devais avoir 14/15 ans 😉
Alors merci

Alors réfléchissez bien avant de dire non aux journalistes.
Tous ne sont pas méchants. Certains font même leur boulot très correctement.

Wednesday, October 03, 2018

A la découverte



de moi qui ne serais pas triste, qui ne me projetterais pas ailleurs par la force de la pensée, comme le Snoopy qui me fut offert un jour lorsque j'étais enfant dans un carnet de poésie. Ce fut un cadeau très précieux, qui annonçait une technique que j'utilisai ensuite à maintes reprises pour survivre. Peut-être que finalement je pourrais être ici et maintenant comme je n'ai jamais pu vraiment l'être pour diverses raisons, à diverses époques de ma vie. Ca fait quoi d'être réunie, entière ? Il faut que j'apprenne. Sans les énergies de qui a voulu me gouverner ou de qui m'a refilé ses ennuis par héritage spirituel par accident de transmission. Garder ce qui me réunifie, me pacifie, me répare moi, pas les autres mais moi maintenant - parce que j'étais toute cassée. Et tous les Pourquoi ? que j'ai poussés en levant le bras à l'école ou en dehors reflètent ses Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? désespérés. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Il n'y a pas de haine mais des pleurs qui jaillissent après avoir longtemps stagné. Des pleurs presqu'aussi vieux que moi. Heureuse, bien heureuse d'avoir hérité d'un bagage en héritage qui, s'il est parfois bancal, est dénué de haine, je l'observe. Comme j'observe l'absence de haine en moi. Je posais récemment la question à un ami guérisseur  Pourquoi les hommes qui entrent dans ma vie ont-ils tous telle caractéristique ? Et il m'a répondu : Parce que tu as hérité d'un bagage d'un de tes ancêtres. Cet ancêtre, je l'aime. Comme Snoopy, il a fait la première guerre mondiale et cultiva la vie, les livres, l'art, son jardin et ses nombreux enfants, en leur racontant des histoires. Il y a quelques jours, j'ai expliqué à mes ancêtres que c'était terminé de me faire nettoyer leurs histoires à temps plein comme ça depuis des années. Que je voulais bien encore le faire à temps partiel, mais pas plus, parce que j'ai une vie à vivre.

Tuesday, October 02, 2018

25 ans

aujourd'hui


Sunday, September 16, 2018

...




Thursday, August 30, 2018

Dans ma famille




on se dore la tranche
en bord de mer
avec de tout petits enfants
et un prédateur pour se tenir compagnie

ce n'est pas faute d'avoir été prévenu

et on y emmène d'autres
sans les prévenir

l'enfance
ce n'est pas grave
l'enfance
on réparera
ou on étouffera
plus tard


Tuesday, August 21, 2018

To whom it may concern...


Fauteuil de 
Charles et 
Ray Eames



Je me souviens avoir participé à l'écriture d'une brochure
qui visait à tordre le cou à des mythes concernant l'allaitement.
Voici un autre texte dans le genre :

https://spectredelautisme.com/Blogue/mythes-autisme/


Certains passages me parlent très fort.
Je développerai par la suite.