Sunday, June 17, 2018

Adolescente




j'ai dû suivre une rééducation oculaire
car je voyais double
mes yeux étaient fatigués
je m'y étais habituée
et je n'en parlais pas

un jour j'en ai parlé
on m'a proposé une rééducation
et je n'ai plus vu double

la double vision n'est pas un mal
tant qu'elle emmène dans l'imaginaire
et que l'on sait très bien
ce qui est où et quand

je me suis parfois demandé si mon comportement
était incompréhensible pour d'autres
et s'il était visible
dans ma crainte de ne pas rentrer dans la normalité
car j'ai souvent conscience d'un décalage permanent
mais est-il visible vraiment ?

une amie m'a rassurée
me disant que si certains d'entre nous percevons tout
la plupart ne perçoivent que ce qui les intéresse
donc nous passons inaperçus
invisibles presque
avec nos atypies

c'est souvent mon questionnement
suis-je en train de faire quelque chose qui peut paraître normal ?
serais-je en train de dire ou d'écrire un truc totalement à côté de la plaque
qui pourra faire penser que je suis très étrange ?
l'étrangeté m'ayant été reprochée
les moqueries ayant été au menu du petit déjeuner
lorsque je racontais mes perceptions extra-sensorielles
dont j'ai arrêté de parler
pour faire cesser ces moqueries bien entendu
car l'entourage ne relevait ni ne me protégeait
et je me suis dès lors moi-même protégée
en me muselant

et pourtant j'entendais en moi ce qui venait de loin déjà
comme maintenant

alors j'ai fait semblant d'être comme tout le monde
j'ai choisi des études qui me donnaient l'aspect d'une personne normale
soi-disant
des études loin loin
pour respirer absolument
j'ai oublié toutes ces histoires
au fond de moi, très loin
mais je n'ai pas fait l'affaire dans l'emploi qui succédait aux études en question
la normalité me rendit malade
à répétition

j'ai continué
à être invisible

et si je révèle parfois
certaines de mes expériences
la clairaudience par exemple
c'est parce que ce phénomène devient enfin banal
je ne suis plus obligée d'être invisible
de faire la soi-disant normale








Saturday, June 16, 2018

Ma vie



ce roman improbable
cet enlacement d'histoire vraie
et de non-dits

quand je lutte moi-même
précisément
pour lever les non-dits

j'aurai bien besoin
de toute une vie
chaque mot constituant un pas
vers plus de lumière
légère

loin des malentendus
avec des êtres
qui ne me comprennent pas
je décortique
comme dans un laboratoire

ma paillasse est un clavier
mes éprouvettes mon histoire




Sunday, June 10, 2018

Dans le dédale de la communication



je comprends que l'on puisse être obnubilé par la crainte d'être découvert
la peur de ne pas être vraiment compris
la peur d'être différent de ses pairs
en étant totalement sincère
je comprends les blessures
je comprends les peurs du rejet et d'abandon
je comprends toutes ces choses

et

je revois
malgré moi
des tentatives de torture mentale
lorsque gentiment je décortique
je tente de donner de la compréhension
je donne avec une patience infinie
ou presque
et j'apprends à déjouer les  apparences
trompeuses
derrière lesquelles on se cachait

cependant

je me retrouve
quelquefois
avec une vieille plaie béante
qui se réouvre
je me trouve en situation de torture mentale
je pleure
je me fâche
je proteste énergiquement

je refais la distinction
entre l'humiliation voulue
d'un passé pas si lointain
vécue avec certaine personne
et des situations
qui, je crois, ne se voulaient pas comme telles
mais étaient le fruit de blessures profondes

le résultat est quelquefois le même
en mon cœur complètement perplexe
face à tant de désinvolture et de froideur apparente

pour moi
parfois
ces deux phénomènes sont le même
cela me montre que la blessure d'humiliation
de torture mentale
en moi
n'est pas totalement guérie

je sais faire la différence
mais cela blesse très fort quand-même
cette réouverture
salutaire

car il faut
à titre principal
que j'écrive
non pas sur celle-ci
mais sur la blessure initiale
l'humiliation répétée, voulue, consciente
que l'on m'a fait vivre

ou les deux, peut-être
l'une m'ouvrant la porte de l'autre
celle de la compréhension

je voudrais que cela s'arrête
je voudrais ne plus avoir à revivre
de situation similaire
juste pour l'entraînement à la distinction
entre les motivations cruelles
et d'autres, différentes,
qui peuvent me sembler cruelles
lorsque je sature

et ensuite je me réveille
me souviens
oui
c'est vrai
j'ai encore ce texte à terminer

peut-être que si je l'écris
la blessure n'aura plus besoin de s'ouvrir
encore

et c'est alors que je comprends
pourquoi je vis tout ce que je vis

la distinction que je fais
entre les actes humiliants, blessants
volontairement ou non
c'est la démarche déjà
de demander pardon
car certains l'excluent totalement
là où d'autres le pratiquent

c'est une immense distinction

avoir grandi avec des personnes
qui gèrent leur soi-disant amour comme des comptables
des voleurs, menteurs, suspicieux de qui est totalement sincère
n'aide en rien à construire des relations saines

alors refusons cet héritage
et gardons le meilleur de nous-mêmes

Friday, June 08, 2018

Croire ou ne pas croire


telle est la question

est-on allé sur la lune
ou nous l'a-t-on fait croire ?
je ne débattrai pas de cela

mais j'entends que les évidences des uns ne sont pas celles des autres
les croyances se chevauchent
s'entrechoquent
s'affrontent

j'ai égaré beaucoup d'amis pour cela
de celles et ceux qui ne pouvaient croire que l'on peut atteindre la lune
la joie
le bonheur

le commun des mortels, peu aimé, peu contenu, peu bercé, peu touché
tout petit
craint fortement d'y croire
je nous observe et me compte parmi ceux-là

recevoir le bonheur est flippant
lorsqu'on n'y est pas habitué
alors à forte doses
n'en parlons pas

aussi je m'y suis d'abord exposée
de loin

mais oui
j'y crois

Wednesday, June 06, 2018

Lorsque ce blog a commencé




il y a environ 14 ans de cela, le père de mes enfants a connu un moment extrêmement difficile.
Etant à bout de forces, il prit la décision de changer pour un temps ses objectifs de vie. Il décida de s'occuper entièrement des courses et des repas de la maison. Nous avions 6 enfants. Je m'occupais de l'association de portage que j'avais créée, j'animais ateliers et formations. J'allaitais trois petits gars.
Et j'ai pu ainsi terminer la rédaction de ce qui fut mon premier livre. Vue de l'extérieur, notre vie était difficile à comprendre. Cependant, cet objectif apaisant lui a permis de se retrouver progressivement, et de reprendre la mise en scène ensuite. Ce livre existe grâce à lui, en quelque sorte. Parce que j'ai pu, pendant des années, sortir tout un tas de choses de mon cerveau et me centrer sur d'autres. Par la suite, j'ai rééquilibré ; j'ai réappris à gérer le quotidien dans toutes ses dimensions. Ce fonctionnement en équipe nous a permis, à l'un comme à l'autre, d'avancer de manière constructive. Ces moments m'ont appris que l'on peut toujours se relever même en situation extrêmement difficile. Mon éditeur a également fait preuve d'une très grande patience avec moi, me laissant faire une grande pause à l'arrivée de notre 7ème enfant. Ce livre - Peau à peau , renommé aujourd'hui Technique et pratique du portage - a vu le jour. J'ai reçu de l'aide de toutes parts pour finir ce livre. Je n'ai pas craint d'appeler à l'aide. Alors que, quelques années plus tôt, lors de ma seule et unique mise en scène, j'avais eu honte de devoir appeler à l'aide pour clôturer mon projet, pour apprendre ensuite qu'on appelle toujours quelqu'un à l'aide pour boucler ce genre de chose. La création de ce spectacle avec aide  m'a sans doute aidée à boucler mon livre par la suite.

J'ai appris que l'on peut tout faire.
Pas à pas, avec des objectifs apaisants et stimulants à la fois.
En étant son meilleur ami.

Monday, June 04, 2018

Maintenant

Qu’une paix intense
S’est posée en mon centre

Paix neuve
Jamais touchée

J’apprends que l’on souhaite
M’enlever mes questionnements perpétuels
De neuf années
Sur le sens des choses
Images ou autres

C’est comme si je quittais ce pays
De points d’interrogation en suspens

Et c’est en suspens que je suis
Projetée
Intacte
Dans un couloir élargi

Je ne sais plus
Ce que je faisais avant
Cauchemars d’inquiétude
Que l’on veut me retirer

Je veux bien
Pour cette paix
En mon centre
Née

Sunday, June 03, 2018

L’enfant

Qui m’a appris le pardon
Par un dialogue
Infini
Et jusqu’à plus soif

Me guide souvent
Il est extrêmement exigeant

Il m’a montré que
Comme lui m’a écoutée jadis
Je suis capable d’entendre
Autant de fois que nécessaire
Qui me demande pardon maintenant
Et depuis des mois

Parce que le besoin de le demander
Se représente souvent

Je suis là pour autant de fois
Que cela peut être nécessaire

Cela fait partie de moi
Depuis que cet enfant m’a montré
Qu’il était possible de vivre ce dialogue






Dans les méandres de ma vie


Est venue la paix
À travers des difficultés
Auxquelles je n’a plus répondu par la guerre
Car la période de guerre n’avait rien donné de bon ma foi

Alors on recommence
On invente la paix en soi
On fait fructifier ses talents
Ce que l’on sait faire
Ce que l’on est

C’est le retour à soi
Inconditionnellement
S’aimer soi

J’ai donc décidé de croire
En ces projets
Laissés en suspens
Qui naissent maintenant
Un à un
Patiemment

Si j’ai aimé écrire
Et achever d’écrire ces livres
Ici et là
Si là est fermé
C’est ici que j’accoucherai
De ces livres

Dussé-je entendre les rancœurs de qui voudrait que je sois muette
Autant je n’ai pas fait autant d’enfants contre qui que ce soit
- Mais une personne a osé se poser la question très sérieusement -
Autant je n’écris contre personne
Pas même celle-là
Non

Je n’écris que pour cultiver la paix
L’amour
En moi et tout autour

Petit champ de bataille
Pas guerrière pour un sou
Qui ne laisse jamais tomber
Parce que c’est ainsi que l’on m’a conçue
Et parce que toute tentative de me manipuler a irrémédiablement échoué

Je suis juste en quête de paix
Avec qui la souhaite avec moi
En vrai
Sans boules quiès
Sans masque

Et les difficultés font naître des miracles
Les blessures anciennes réouvertes des dialogues passionnants
Les brèches des torrents de compréhension


Les vicissitudes sont bénies
Je m’entoure de personnes qui voient cela
Je remercie toutes les difficultés qui m’ouvrent le coeur en grand
Et ça n’arrête pas

On peut toujours grandir
Je ne fais que ça