Sunday, August 20, 2017

Que




c'est bon
de prendre l'air
quand on est sur un projet
depuis des mois
de marcher
de se faire doucher par la pluie
de respirer
de faire enfin scanner ces photos argentiques
qui complèteront les centaines de fichiers numériques
qui forment ce récit
vivant
je l'espère
de ce vécu
de tant d'humains sur Terre
de cette relation à l'autre
à soi-même
à son propre corps
à cette initiation au respect de soi
quand ai-je compris qu'un parent
était là pour montrer à son enfant qu'il le respectait
et qu'il avait une valeur infinie ?
il m'a fallu toute une vie pour ça
comprendre que chacun de mes pas est comme une baffe immense
à certaines personnes
moi qui me veux non violente
je n'aime pas foutre des baffes
non
je n'aime pas
j'ai lutté
j'ai désappris la violence ordinaire
je n'ai pas frappé les plus jeunes de mes enfants
et je frappe
quand-même
parce que j'écris
et on me demande quand j'aurai terminé celui-ci
alors je réponds
que cela ne sert à rien de me demander quand j'aurai terminé celui-ci
parce que je vais passer mon existence à en écrire d'autres
tout simplement
c'est comme si on me demandait quand j'allais cesser de vivre
j'ai appris à m'accepter
je ne peux pas m'empêcher de dire
d'écrire
ce que je ressens dans ma chair
et je demande pardon à tous ceux
que cela a un jour heurtés
parce que ce n'est pas le but
c'est juste la marque d'une dissonance
mais me demander de me taire
c'est à dire
de terminer d'écrire
c'est comme me demander de mourir



Thursday, July 06, 2017

Quand je vois



une étape à la fois
où mon inconscient désire me voir venir

c'est qu'il enlève un voile
tout doucement

un à la fois
pour me faire comprendre

où l'on va
lui et moi

Thursday, June 29, 2017

Traversant



la ville à pied
j'ai croisé
en partant
ma voisine qui porte son bébé
elle m'a dit
"j'ai lu votre livre, c'était magnifique"
elle attend le prochain, qui paraît bientôt


au retour
j'ai croisé
une femme délicieuse
qui avait posé pour des photos
pour nous
un bébé dedans
et un bébé sur le dos
il y a des années
et dont j'avais perdu
les coordonnées
une maman qui porte en pagne

ça en fait
des (re)trouvailles
en une journée

Saturday, June 24, 2017

Parmi les choses


Henri Matisse, Couple de danseurs




qui me rendent heureuse
il y a écrire
et écrire sur quoi
sinon sur ce qui me rend heureuse
à part ça ?

donc j'écris
et lorsque je suis publiée
c'est une joie
une paix

ce qui sort de moi
parvient heureusement
à destination
et peut servir
faire son office
de tremplin
à la réflexion

parler de mes sensations
de toutes sortes

partager cela
avec les mots
comme si c'était la même chose
alors que c'est antagoniste
puisque souvent
longtemps
longtemps
le mental m'a bien empêchée
d'être dans les sensations
justement

c'est un juste retour des choses
que d'exprimer avec joie
les sensations
par les mots
de moi

et je suis là
je touche les touches du clavier
je relis
je valide
de confirme
j'envoie

curieuse vie
que celle-là

et si j'ai quelquefois eu la nette sensation
de me retrouver dans le château de Kafka
c'était pour me rappeler sans doute
que le château était à l'intérieur de moi

tel un dédale
et je l'ai déconstruit
j'ai abattu des cloisons
patiemment
au dedans de moi
pour mieux m'y retrouver

avec des mots de moi
derrière lesquels
je me cachais
ou me montrais

c'est pareil





Saturday, May 27, 2017

Je suis un être de relation.



Je ne suis pas un être qui cherche le plaisir à tout prix. Mais la joie, oui. La communication. Si poussée et ineffable à la fois. Je cherche un verbe. Je cherche un complément. Je cherche un lieu. Je ne sais pas. Comment faire ? Comment être ? Je suis prise au piège d'un dialogue qui est ouvert et qui ne s'ouvre pas. En fait non, ce n'est pas un piège. C'est autre chose. C'est un espace où je me décompose et où je me reconstitue. Où je m'ouvre à chaque fois. Emotions. Non-dit. Refus. Coups de crayon. Je cherche de l'aide. Je dois finir un livre.

Tuesday, May 23, 2017

Il est là



lorsque j'ai besoin de lui
chanteur d'un 33 tours
piqué à ma maman
lorsque j'avais 14 ans
toujours il revient
m'expliquer la vie
et ses mots doux
expliquent
les choses de ma vie
et les repères sont là
dans ses chansons
et sa guitare sonne juste
à mon cœur
toujours
au fil de la vie

et je fais la clarté
dans plein de choses de ma vie
après avoir vidé mon sac
comme il faut
comme c'était nécessaire de le faire
je suis bien plus légère
pour boucler des projets
que j'ai couvés très longtemps aussi
de bonnes maladies

l'humain a tant de force en lui
c'est ce que je comprends
à chaque fois
que je vis
que je me sens vivante

plein de force
et contempler cette force
c'est immense
ça fait peur
oui

contempler
ce qui est autre chose
que la peur
qui détruit

on joue à saute mouton
on joue à saute-peurs
tout au long du chemin
ne pas les prendre au sérieux
les escalader joyeusement
et recevoir ce qui vient

chacun son mouvement
chacun ses décisions

et parfois
cela s'appelle l'harmonie

Thursday, May 18, 2017

Faute de grives



on mange des merles

j'ai été le merle de quelques personnes
qui me l'ont affirmé
plutôt clairement
parents
compagnons aussi

tout juste tolérée
trop
trop trop

il fallait bien qu'un jour
quelqu'un se mette à m'aimer vraiment
et il fallait que ce soit moi d'abord
qui m'accepte vraiment

je ne sais qui j'étais
lorsque j'étais enfant

je jouais aux osselets
j'aimais m'asseoir
au pied de grands arbres
dans la prairie

je restais seule, souvent
je voulais juste m'asseoir
et peut-être que j'ai appris
à tout juste m'asseoir

pour être juste bien
avec moi-même
et écouter au dedans
je me souviens
que cela me faisait du bien

à force d'être considérée comme un merle
j'avais intégré
dans les relations
cette fausse image de moi

qui suis-je
en dehors de cette définition extérieure à moi-même,
à laquelle je me suis conformée longtemps,
comme un enfant colle inconsciemment à une étiquette
qu'on lui assène ?

à présent
je retourne en moi
et j'y puise ma force

je me suis éloignée
de qui sort les remarques blessantes
parce que je vais bien
parce que mon bien-être dérange
parce que je vais au dedans de moi
et que je suis bien

je peux partager cela
avec qui ne me ressent pas
comme une menace
comme un défi perpétuel
à son train-train personnel

je ne suis pas une menace
et je déteste faire peur aux gens
et pourtant
c'est mon quotidien

je ne sais pas pourquoi